Séminaire en Gestion des risques et planification des urgences pour les Premières Nations

Le Centre du savoir sur mesure (CESAM) de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) est fier d’annoncer que deux nouvelles cohortes de coordonnateurs de mesures d’urgence des communautés des Premières Nations seront formées en 2013-2014 dans un séminaire en Gestion des risques et planification des urgences pour les Premières Nations. À ce jour, le CESAM a formé cinquante coordonnateurs, et ce, en français (28) et en anglais (22) provenant d’une trentaine de communautés du Québec et de la région de l’Atlantique. D’une durée de 3 jours consécutifs, il donne accès à une attestation d’unités d’éducation continue (UEC) de 2,1 unités.

C’est en janvier 2012 que le CESAM a offert au bureau régional de Québec d’Affaires autochtones et développement du Nord Canada (AADNC) un accompagnement dans le développement d’un contenu et d’une approche pédagogique personnalisée à la réalité des communautés des Premières Nations en y présentant les particularités de l’intervention en situation d’urgence. Axée principalement sur les dimensions de la prévention et de l’atténuation, la formation permet, entre autres, aux coordonnateurs de réaliser un plan de mesures d’urgence. De plus, elle sensibilise les participants à la dimension de la préparation, aux risques potentiels et à la vulnérabilité de leurs communautés, de même qu’à la capacité de rétablissement de la communauté à la suite d’un événement. Il importe aussi de préciser que les participants sont sensibilisés à la communication avant sinistre (préparation de la population) et à la gestion des risques potentiels par l’élaboration du plan de mesures d’urgence pour leur communauté.

Les évènements catastrophiques à l’échelle mondiale, mais aussi nationale, sont de plus en plus fréquents dans un environnement turbulent où les changements climatiques et la mondialisation de l’économie ont des impacts parfois dévastateurs. La réalité des communautés autochtones au Québec fait en sorte qu’elles se retrouvent à vivre sur des territoires isolés, avec peu de services, ce qui exige une préparation adéquate en cas de sinistre. En cette période de grands bouleversements (feux de forêt à Eastmain, déraillement de train à Lac-Mégantic, etc.), souhaitons un avenir plus sûr aux communautés autochtones et non autochtones par une gestion des risques bien coordonnée!

Pour information,

Christiane Lecomte, 418 545-5011, poste 5216